logo Or2s bleuL’OR2S a mené une étude pour comparer le recours aux professionnels de santé en 2020 avant, pendant et après le confinement en 2020 sur les mêmes mois pour 2019.

 

La première vague de l’épidémie de la Covid-19 a touché la France au début de l’année 2020. Les Hauts-de-France furent l’une des premières régions impactées, et l’Oise fut le premier département à connaître des mesures administratives restrictives (fermeture d’écoles, interdiction des rassemblements, limitation des déplacements). À l’échelle nationale, le premier confinement de la population s’est déroulé du 17 mars au 11 mai 2020.

 

 

Rencontres avec médecins Covid OR2S

Cette obligation s’est accompagnée de la fermeture de nombreux établissements accueillant du public (enseignement, commerces « non essentiels », lieux culturels...), et de mesures d’hygiène collective (distanciation physique, lavage des mains, port du masque). Ces évènements, et le climat d’anxiété généralisée lié à l’incertitude sur les conséquences et l’évolution de l’épidémie, ont provoqué des changements importants sur la demande de soins.

 

 

 

Nombre cumulé de rencontres (en millier) de médecins généralistes en fonction de la semaine

 

Courbe Covid 19 OR2S

 

L’offre de soins a également été perturbée par la mise en place de protocoles spécifiques, l’organisation d’une filière de soins pour les patients suspects à la Covid-19 et les déprogrammations en milieu hospitalier afin d’augmenter les capacités d’accueil, notamment en réanimation. Tout ceci dans un contexte tendu d’approvisionnement en matériels de protection individuels et en médicaments.

 

Les conséquences de ces évènements sur la consommation de soins de ville ont été mesurées par l'analyse des prescriptions des soins remboursées par l’Assurance maladie, selon le type de professionnels de santé, le lieu du domicile, l’âge et le sexe des patients. Des indicateurs de consommation de soins ont été construits sur la base du nombre de rencontres journalières entre un patient et un professionnel de santé.

 


En 2020, en période de pré-confinement, le nombre de rencontres avec un médecin généraliste est comparable à celui de 2019. Ensuite, une diminution de -29 % entre ces deux années est observée sur la période du premier confinement (17 mars-11 mai). Après le confinement, l’écart entre les années 2020 et 2019 a continué de se creuser pendant quelques semaines, puis s’est stabilisé jusqu’à la fin de la période d’observation, soit la fin du mois d’octobre.
Ainsi, pour les médecins généralistes, comme pour les autres professions, la période entre les deux confinements n’a pas permis de rattraper l’activité perdue.

 

 

 

Méthodologie

 

La consommation de soins de ville des personnes domiciliées dans les Hauts-de-France constitue le centre d’intérêt avec une inclusion, dans le périmètre des soins de ville, des soins externes réalisés dans les établissements de santé privés lucratifs.


L’ensemble de l’analyse est décliné aux populations suivantes :
• Ensemble des habitants des Hauts-de-France,
• Patients atteints de pathologies chroniques, selon la pathologie.


Elle porte sur plusieurs catégories de professionnels de santé :
• Les médecins généralistes,
• Les chirurgiens-dentistes,
• Les masseurs-kinésithérapeutes,
• Les sages-femmes.


Les résultats sont présentés pour différents échelons géographiques :
• La région Hauts-de-France,
• Les départements,
• Les territoires de démocratie sanitaire,
• Les espaces de dialogue,
• Les territoires de proximité,
• Les EPCI.

 


Source des données
Les données du Système national des données de santé (SNDS), et plus précisément celles du datamart des consommations inter-régime (DCIR) ont été utilisées. Les rares données concernant les établissements de santé publics ont été exclues. Les données des consultations externes en établissement de santé publics sont restituées de manière exhaustive dans le datamart du PMSI ; elles font l’objet d’une analyse complémentaire.

 

À partir des données du DCIR, il est possible de suivre les prestations de soins remboursées par l’Assurance maladie, en fonction du type de professionnel de santé mais aussi du lieu de domicile, du sexe et de l’âge du patient.
Ces prestations peuvent être :
• un acte réalisé par un professionnel de santé, et facturé à l’unité ;
• une ou plusieurs actions de soins comprise(s) dans un forfait de soins ;
• une rémunération payée directement à un professionnel par l’Assurance maladie (ces prestations sont affectées à des bénéficiaires fictifs) ;
• une indemnité journalière.


Au plus, une prestation par patient, par professionnel de santé et par jour a été comptabilisée. En effet, le nombre d'actes codifiés lors d'une consultation peut être variable selon le motif de consultation, le patient, le professionnel, ou la fréquentation. Cette approche a l’avantage de ne pas tenir compte des écarts entre les habitudes de codification qu’il pourrait exister entre professionnels de santé ; elle est toutefois moins révélatrice de l’activité réelle de ces derniers.

 

Indicateurs mesurés
L’objet est de mesurer un indicateur qui soit le reflet des « rencontres » entre patients et professionnels de santé ; celles-ci peuvent avoir lieu au domicile du patient, au cabinet du praticien, en consultation externe en établissement de santé (hors hôpital public), ou en téléconsultation. Pour cela, ont été exclues toutes les prestations liées à des forfaits, indemnités ou à des bénéficiaires fictifs.

 

Pour chaque catégorie de professionnels de santé, le nombre de rencontres, comme défini plus haut, a été mesuré avec comparaison, aux mêmes périodes, entre les années 2019 et 2020. À partir de ceci, de nouveaux indicateurs de consommation régulière puis de rupture de soins ont été construits.


Critères d’inclusion et d’exclusion des bénéficiaires
• Être né avant 2019,
• Avoir au moins une prestation remboursée entre le 1/1/2019 et le 31/12/2020,
• Le dernier département de domicile connu (ie département du dernier remboursement de soins) se situe dans les Hauts-de-France,
• Critère de qualité des données : avoir un identifiant SNDS qui correspond au NIR crypté du bénéficiaire (ie risque de doublon jugé faible).
Les critères d’exclusion sont :
• Être décédé avant le 10/5/2020 (fin du confinement),
• Critère de qualité des données : avoir un NIR fictif ou provisoire,
• Critère de qualité des données : avoir plusieurs enregistrements dans le référentiel des bénéficiaires à la date de la dernière mise à jour.


Populations étudiées


Les critères d’inclusion précédents, définissent une cohorte des bénéficiaires des Hauts-de-France. À partir de cette cohorte, plusieurs sous-cohortes ont été étudiées portant sur les :
• bénéficiaires inscrits en ALD n°05 (insuffisance cardiaque grave, troubles du rythme graves, cardiopathies valvulaires graves, cardiopathies congénitales graves);
• bénéficiaires inscrits en ALD n°14 (insuffisance respiratoire chronique grave);
• bénéficiaires inscrits en ALD n°30 (tumeur maligne, affection maligne du tissu lymphatique ou hématopoïétique), puis parmi ceux-ci, les bénéficiaires :
• inscrits en ALD n°30 pour cancer du sein (seulement de sexe féminin),
• inscrits en ALD n°30 pour cancer du côlon-rectum,
• inscrits en ALD n°30 pour cancer de la prostate,
• inscrits en ALD n°30 pour cancer du poumon.

 

 

13-07-2021 | Social

L’Observatoire Data Publica s’est intéressé à la place du numérique dans les équipes municipales après les élections...

Lire la suite

13-07-2021 | Social

La 5e conférence régionale des acteurs de prévention et de la lutte contre la pauvreté s’est tenue...

Lire la suite

13-07-2021 | Social

Le 1er avril 2021, l’ex-DIRECCTE et l’ex-DRCS se sont regroupées pour former la direction régionale de l’économie...

Lire la suite

13-07-2021 | Santé

Conduit actuellement par Santé publique France, le Baromètre santé est un dispositif d’enquêtes périodiques visant à évaluer...

Lire la suite

13-07-2021 | Santé

Dans le cadre du projet régional de santé (PRS), l’ARS Hauts-de-France est en train d’effectuer un état...

Lire la suite

Plateforme sanitaire et sociale | Dernières publications

Numéro 12 de Plateforme sanitaire et sociale Hauts-de-France de juin 2021                  Au sommaire de ce numéro                 RÉGION 2  ...

Lire la suite

Plateforme sanitaire et sociale | Dernières publications

Numéro 11 de Plateforme sanitaire et sociale Hauts-de-France de mars 2021              Au sommaire de ce numéro           RÉGION 2  ...

Lire la suite

Plateforme sanitaire et sociale | Dernières publications

Numéro 10 de Plateforme sanitaire et sociale Hauts-de-France d'octobre 2020              Au sommaire de ce numéro           RÉGION 2   Droits...

Lire la suite

Plateforme sanitaire et sociale | Dernières publications

Numéros 9 de Plateforme sanitaire et sociale Hauts-de-France de juillet 2020              Au sommaire de ce numéro                         RÉGION 2  ...

Lire la suite

Plateforme sanitaire et sociale | Dernières publications

Numéros 8 de Plateforme sanitaire et sociale Hauts-de-France de mai 2020              Au sommaire de ce numéro                         RÉGION 2  ...

Lire la suite

Abonnement

Pour recevoir les publications de la Plateforme sanitaire et sociale de Hauts-de-France, cliquez sur le bouton Abonnement

abonnementabonnement

 

Nous utilisons les cookies pour améliorer votre navigation sur notre site. En validant ce message vous acceptez l’utilisation des cookies.