Philippe Lorenzo

Pouvons-nous revenir sur le centre Oscar Lambret et ses spécificités dans la lutte contre les cancers ?

 

Pr Éric Lartigau 

DP20160320 193 N1

Les principaux soins du cancer sont apparus dans les années vingt partout en Europe autour de la chirurgie et de la radiothérapie.

Le cancer est devenu une maladie de société et après la seconde guerre mondiale un certain nombre d’établissements se sont consacrés exclusivement à cette prise en charge. C’est ainsi que sont nés les centres de lutte contre le cancer (CLCC) par ordonnance du Général de Gaulle du 1er octobre 1945. Le Centre Oscar Lambret a été officiellement fondé en 1955 sur son site actuel de la Cité Hospitalière à proximité immédiate de l’hôpital Huriez.

 

Les dix-huit CLCC sont aujourd’hui répartis quasiment dans toutes les régions de France. Ce sont des établissements hospitalo-universitaires qui ont dès leur fondation eu le statut établissement de santé privé sans but lucratif, aujourd’hui privés d’intérêt collectif (Espic) participant aux missions de service public. C’est l’État qui gère directement leur fonctionnement et leur bonne gestion et leur conseil d’administration est d’ailleurs présidé par un Préfet. Il n’y a pas d’activité privée, ni de dépassement d’honoraires, ni de reste à charge pour les patients.

Les CLCC poursuivent à la fois des objectifs de soins, de recherche et d’enseignement, tout en s’inscrivant dans une globalité qui traite aussi bien de prévention, de dépistage que de traitement des cancers.

 

Plus de mille

professionnels

de santé

 

Alors qu’historiquement le Centre Oscar Lambret était plus tourné vers le Nord et la Pas-de-Calais, depuis 2016 il répond à sa mission régionale pour des prises en charge et des accompagnements de patients de toute la région Hauts-de-France. Actuellement, ce sont 1 100 professionnels de santé qui travaillent dans l’établissement pour un peu plus de 200 lits et places et 7 000 patients pris en charge dans tous les champs de la cancérologie. Hôpital de proximité, nous sommes aussi le centre de recours de la région pour les cancers féminins (Sénologie, gynécologie) et des enfants.

Nous n’effectuons pas toutes les prises en charge et nous sommes davantage axés sur la chirurgie, la chimiothérapie et la radiothérapie. Cependant, un certain nombre de patients sont intégrés dans des prises en charge partagées avec d’autres établissements de soins, en premier le CHRU de Lille, établissement partenaire de longue date. Depuis 2005, nous avons par exemple établi un groupe de coopération sanitaire avec le CHRU pour optimiser les parcours de soins et les prises en charge des patients et nous avons développé plusieurs projets en communs

 

 

Philippe Lorenzo

Comment les patients sont-ils adressés au centre Oscar Lambret ?

 

 

Pr Éric Lartigau

L’adressage est varié. Si une partie des patients prend directement rendez-vous auprès de nos équipes après avoir eu un bilan ou un diagnostic, une autre partie est adressée par des confrères hospitaliers ou libéraux. Ensuite, en fonction des situations médicales, des patients qui sont venus peuvent être dirigés vers des établissements de proximité si des soins adaptés peuvent y être réalisés ou pris en charge au Centre dans le cas contraire. Nous nous sommes ainsi coordonnés avec des équipes qui peuvent prendre en charge les personnes dans les meilleures conditions de qualité et de sécurité des soins, au plus près de leur domicile. Cela fait aussi partie aussi de nos missions que d’offrir aux patients les meilleurs parcours quel que soit leur lieu de résidence.

 

 

 

Philippe Lorenzo

Avez-vous des conventions aussi avec les autres centres hospitaliers ?

 

 

Ces conventions

permettent

de structurer

la prise en charge

médicale

 

Pr Éric Lartigau

Nous n’avons pas de conventions signées avec l’ensemble des centres hospitaliers, ce qui serait impossible. Hormis notre partenariat historique avec le CHU de Lille, Les conventions de partenariat que nous avons permettent par exemple d’avoir des médecins en temps partagés, c’est-à-dire que leur temps d’activité se dans plusieurs établissements. C’est le cas par exemple avec le CHRU de Lille ou le centre hospitalier de Tourcoing ou de Lens... Ces conventions permettent de structurer la prise en charge médicale et aussi d’avoir une attractivité médicale pour nos plus jeunes collègues en leur offrant des conditions d’exercice au mieux des intérêts des patients et de leur pratique médicale.

 

Philippe Lorenzo

Pouvez-vous revenir les actions d’enseignement que vous dispensez ?

 

Pr Éric Lartigau

Il y a deux modes d’enseignement privilégiés. Pour ceux qui ne sont pas encore diplômés, les jeunes médecins, les jeunes infirmiers, les jeunes manipulateurs, etc. nous avons des conventions avec la faculté de médecine et les instituts de formation pour accueillir en permanence des internes ou stagiaires. Ce sont plus de soixante-dix internes en médecine qui viennent au Centre tous les semestres. Pour les professionnels de santé qui travaillent dans des établissements ou en ville, l’institut de formation Oscar Lambret dispense des modules de formation continue en cancérologie, par exemple sur les pansements complexes ou l’utilisation d’une chambre implantable pour délivrer la chimiothérapie. Ce sont plus de mille personnes qui sont formées tous les ans à ces pratiques complémentaires, majoritairement de la région mais nous accueillons aussi des professionnels venant de toute la France.

 

Philippe Lorenzo

Du fait de la proximité avec la Belgique, avez-vous aussi des relations privilégiées avec des équipes belges, dans le soin, la formation ou la recherche ?

 

NouvelInstitutJulesBordet Canceropole 750

 

Pr Éric Lartigau

Nous avons de grandes complémentarités et des projets de recherche et de formation avec des équipes de Bruxelles. Une convention de partenariat a été signée avec l’institut Jules Bordet à Bruxelles qui est un institut spécifiquement dédié aux soins et à la recherche contre le cancer et également avec d’autres établissements, notamment l’université catholique de Louvain avec qui nous menons des collaborations sur certains projets stratégiques.

 

 

 

 

 

 

Philippe Lorenzo

Venons-en maintenant au dépistage des cancers. Quelles sont les actions que vous menez actuellement ?

 

Nous avons des liens étroits avec le

centre régional de coordination des dépistages

des cancers (CRCDC)

 

 

Pr Éric Lartigau

La prévention et le dépistage sont des champs qui sont dans le cahier des charges des centres de lutte contre le cancer mais historiquement, nous avons toujours été très accès sur le soin, ce qui est vraiment notre cœur de métier. Petit à petit, et pour l’ensemble des centres de lutte contre le cancer, nous venons en appui à tous ceux qui participent à la prévention et au dépistage. À Roubaix, nous allons ainsi offrir une consultation de prévention santé pour les femmes de 25 ans. Ce n’est pas que la prévention des cancers, c’est une consultation de prévention auquel nous participons très activement.

 

Dans le cadre du dépistage, nous avons des liens étroits avec le centre régional de coordination des dépistages des cancers (CRCDC) parce que les médecins du centre Oscar Lambret sont référents et participent au contrôle de qualité des mammographies et à leur double lecture.

 

Nous sommes relais de toutes les actions de dépistage dans le cadre des cancers du sein. Nous sommes également très présents dans le cadre des cancers de la femme en général, notamment le cancer du col de l’utérus et les actions de vaccination contre le papillomavirus. Avec nos consultations et activités d’endoscopies digestives, nous avons des actions spécifiques de dépistage et d’actions de prévention des cancers colorectaux. Nous sommes à la fois partenaire, relais, soutien, de toutes les actions qui sont portées par tous les acteurs le réseau régional Onco Hauts-de-France qui diffuse les bonnes pratiques et campagnes d’information auprès des patients. Nous sommes aussi très réactifs auprès de l’agence régionale de santé qui va renforcer la cancérologie dans le cadre du plan régional de santé, (PRS). L’ARS va activer ce plan de façon très volontariste dans les prochaines semaines et nous sommes l’un des principaux partenaires de cette action régionale.

 

Philippe Lorenzo

Parlez-vous d’un complément au projet régional santé actuel ou du futur projet ?

 

Couv PRS 2018 2023Pr Éric Lartigau

Le projet régional de santé (PRS) actuel est actif jusqu’en 2023 mais il va être retravaillé dans les prochaines semaines. Pour les cancers, le PRS poursuit six grands objectifs dont la promotion des comportements favorables à la santé et la réduction des inégalités d’accès au dépistage ou au soin, points sur lesquels nous sommes très présents. En ce qui concerne la structuration du parcours de soins des patients, la difficulté en cancérologie c’est de passer de l’étape de la prise en charge aux étapes suivantes de soins et ce de la façon la plus fluide, la plus rapide et la plus structurée possible.

En complément, l’innovation est un champ historique des centres de lutte contre le cancer. Nous offrons les nouvelles molécules, les nouvelles techniques chirurgicales ou les nouvelles techniques de radiothérapie. Le progrès est notre cœur de métier. Enfin, nous sommes évidemment attentifs à la qualité de vie des patients et des aidants dans leur vie quotidienne. Sur le dernier point, l’optimisation du pilotage et les organisations régionales revient finalement à la structuration des parcours pour donner des clés de fonctionnement à tous ceux qui sont impliqués dans la prise en charge du cancer. Ces grands objectifs sont en train d’être réactivés et chacun des acteurs de la prévention, du dépistage et des soins vont intervenir dans leur mise œuvre opérationnelle.

 

Philippe Lorenzo

Comment la crise Covid a-t-elle affectée la mobilisation autour des cancers ?

 

Pr Éric Lartigau

On sort d’une crise sanitaire qui a rebattu les cartes et on travaille à cette sortie de crise. Il faut tenir compte de l’expériences que l’on a vécu, de l’arrêt de plusieurs semaines d’un certain nombre d’activités, notamment de dépistage. Cela a nécessité et nécessite encore aujourd’hui que l’on se réorganise pour rattraper le retard qui a été constaté dans un certain nombre de domaine. On l’a quasiment rattrapé pour les cancers du sein mais pour d’autres cancers nous avons encore du retard. Je pense notamment au cancer digestif et c’est là où le pilotage va être extrêmement important afin que les patients rentrent de nouveau dans des parcours de soins optimisés.

 

 

La première prévention du cancer 

c’est d’éviter le surpoids 

et d’avoir une activité physique

 

Philippe Lorenzo

De votre point de vue, où en est la situation des cancers aujourd’hui en région ? Note-t-on une aggravation ou va-t-on vers une amélioration ?

 

Pr Éric Lartigau

Globalement les choses s’améliorent et tout ce que nous avons évoqué va encore les améliorer. On part cependant du constat que la région Hauts-de-France est celle qui est la plus impactée en Métropole. C’est la Région présentant encore la plus forte incidence et la plus forte mortalité par cancers en 2021. Nous sommes vraiment sur un sujet de politique de santé, santé au sens large de la définition de l’OMS avec des critères qui ne sont pas que médicaux. Il nous faut travailler sur un large panel d’actions qui inclut l’alimentation et l’éducation physique. Nous sommes également la région avec le plus fort taux d’obésité en France. Le double contexte alimentaire et activité physique est un vrai sujet de santé publique car on sait que le surpoids et la sédentarité sont des facteurs de risque du cancer, des maladies cardiovasculaires, du diabète... ce que la population ne sait pas toujours.

 

La première prévention du cancer c’est d’éviter le surpoids et d’avoir une activité physique. On ne parle pas d’être un marathonien qui est une activité parfois excessive, mais une activité quotidienne comme monter les escaliers à pied, au même titre que les autres actions de prévention autour du tabac, de l’alcool, de l’alimentation, de l’environnement. Nous avons monté un programme de promotion de l’activité physique adaptée pour nos patients. Nous allons ouvrir dans les prochaines semaines une salle de sport dans l’établissement, dédiée à la fois aux patients que nous recevons et au personnel pour les sensibiliser.

 

Je suis intervenu récemment dans le cadre d’un webinaire qui était organisé pour les personnels de l’ARS afin de les sensibiliser à ces actions de prévention en santé. On a besoin de tous les acteurs, la Région, de l’Agence Régionale de Santé, de la politique de la ville... La Métropole Européenne de Lille est très active dans ce domaine, et la ville de Lille nous soutient fortement dans le cadre d’Octobre rose, qui est le mois de mobilisation autour du cancer du sein. On sent que cette mobilisation monte en charge et touche les acteurs du monde économique. Beaucoup d’entreprises se sont mobilisées pour Octobre rose, pour créer une dynamique des leurs équipes, notamment autour de l’éducation physique. On voit que c’est un sujet très bien compris maintenant par l’ensemble de ceux qui peuvent lutter contre les cancers, les soignants mais aussi chacun d’entre nous.

 

Philippe Lorenzo

 

Avez-vous des exemples d’actions réalisées par des entreprises ?

 

 

Pr Éric Lartigau Prothese mammaire decathlon

On peut citer Décathlon, une entreprise régionale, avec qui nous avons travaillé récemment sur la création d’une brassière de sport adaptée à l’activité physique des femmes qui ont eu un cancer du sein. Cette brassière permet d’inclure une prothèse mammaire ce qui permet à la femme d’avoir une activité physique soutenue en préservant sa féminité. Elle a eu beaucoup de succès et est diffusée dans les magasins et sur internet. C’est un exemple très concret d’une entreprise régionale mobilisée au service des patientes qui ont eu un cancer.

 

 

 

 

Entretien avec le Pr Arnauld Villers, Président d'Onco Hauts-de-France

Entretien avec le docteur Jean-Luc Dehaene, Président du CRCDC

L'organisation autour des cancers : entretiens

27-04-2022 | Santé

EUROPE   Rapport sur la santé en Europe, édition 2021     Publié tous les trois ans, la nouvelle édition du rapport...

Lire la suite

27-04-2022 | Santé

NATIONAL   AVC et précarité : un risque plus élevé chez le plus modestes     La Drees a publié en février...

Lire la suite

27-04-2022 | Social

FOCUS   Les seniors   L'habilitation familiale   En cas de maladie, handicap ou accident, les facultés d’une personne peuvent être altérées et...

Lire la suite

27-04-2022 | Social

FOCUS   Les seniors   Les seniors, principaux utilisateurs des services à la personne   Les services à la personne (SAP) incluent les...

Lire la suite

27-04-2022 | Santé

FOCUS   Les seniors   Parcours longévité : en France, nous vivons longtemps mais nous pouvons vieillir mieux   L’Institut Pasteur de Lille...

Lire la suite

Plateforme sanitaire et sociale | Dernières publications

Numéro 15 de la Plateforme sanitaire et sociale Hauts-de-France de mars 2022   Au sommaire de ce numéro   RÉGION 2 La médiation numérique...

Lire la suite

Plateforme sanitaire et sociale | Dernières publications

Numéro 14 de la Plateforme sanitaire et sociale Hauts-de-France de décembre 2021   Au sommaire de ce numéro   REGION 2 L’université d’Artois...

Lire la suite

Plateforme sanitaire et sociale | Dernières publications

Numéro 13 de Plateforme sanitaire et sociale Hauts-de-France d'octobre 2021     Au sommaire de ce numéro        RÉGION 2   Vulnérabilité territoriale 2...

Lire la suite

Plateforme sanitaire et sociale | Dernières publications

Numéro 12 de Plateforme sanitaire et sociale Hauts-de-France de juin 2021                  Au sommaire de ce numéro                 RÉGION 2  ...

Lire la suite

Plateforme sanitaire et sociale | Dernières publications

Numéro 11 de Plateforme sanitaire et sociale Hauts-de-France de mars 2021              Au sommaire de ce numéro           RÉGION 2  ...

Lire la suite

Abonnement

Pour recevoir les publications de la Plateforme sanitaire et sociale de Hauts-de-France, cliquez sur le bouton Abonnement

abonnementabonnement

 

Nous utilisons les cookies pour améliorer votre navigation sur notre site. En validant ce message vous acceptez l’utilisation des cookies.