La préparation du parcours 1000 jours s’appuie sur une commission de 18 experts, présidée par le neuropsychiatre Boris Cyrulnik. Elle regroupe des experts de spécialités différentes avec une conviction commune : l’importance décisive des 1000 premiers jours de l’enfant. Ils et elles sont neuropsychiatres, spécialistes de l’éducation ou de l’éveil des enfants, acteurs de terrain de l’accompagnement social des parents, pédiatres et praticiens hospitaliers, sage-femme.

 

Lancée par le Président de la République, cette commission a travaillé sur 4 grandes priorités.

1. Elaborer un consensus scientifique sur les recommandations de santé publique concernant la période des 1000 premiers jours
En face de chaque problème ou doute rencontrés par les parents au sujet de la santé de leur enfant, une recommandation claire et partagée par l’ensemble des experts de la commission doit être facilement accessible.

2. Construire un parcours du jeune parent plus lisible, complet très pratique pendant cette période. 
Dès qu’on devient parent ou qu’on le redevient, le parcours 1000 jours proposera un chemin simple et clair dès la grossesse pour bénéficier de différents rendez-vous, de consultations dont certaines à domicile et de tous les dispositifs d’accompagnement nécessaires à disposition des parents.

3. Apporter un éclairage scientifique sur la question des congés de naissance 
Les experts nous donneront leur éclairage sur ce qui pourra être amené à évoluer concernant les congés maternité, paternité et parental en prenant soin notamment de concilier les besoins de l’enfant et des parents, d’apporter des réponses aux questions de retour à l’emploi et de réfléchir sur la place des pères durant les 1000 premiers jours.

4. Repenser les modes de garde et le système d’accueil du jeune enfant à horizon 10 ans
La commission aura à se prononcer sur la manière dont pourraient évoluer les structures d’accueil du jeune enfant (garderie, crèche) à la fois dans le nombre de places proposées et les programmes éducatifs permettant aux enfants de s’éveiller et de se sociabiliser, la formation des professionnels ou encore la bonne connaissance de l’offre d’accueil par les parents.

Fruit du travail de la commission, le mardi 8 septembre 2020, Boris Cyrulnik a remis le rapport des « 1 000 premiers jours » au secrétaire d’État en charge de l’Enfance et des Familles auprès du ministre des Solidarités et de la Santé, Adrien Taquet.

logo prediceDepuis début mars, l’agence régionale de santé déploie son programme de e-santé Prédice, pour lutter à distance contre le Covid-19. Gwen Marqué et Ronan Rouquet (DST) reviennent sur cette mobilisation numérique à marche forcée, dont l’impact dans la vie réelle n’a rien de virtuel.

 

Un déploiement en urgence dans l'Oise

Mercredi 4 mars, mesures de e-santé publique. Pour endiguer la propagation du virus dans le foyer de l’Oise, l’agence déploie en urgence auprès des médecins généralistes isariens le service de téléconsultation de Prédice, avec 2 mois d’avance sur le calendrier prévisionnel. Quelques jours plus tard, la solution est étendue à l’ensemble des médecins généralistes et spécialistes de la région, libéraux comme hospitaliers. L’objectif est alors double : limiter les contacts physiques et les risques de transmission entre médecins et patients tout en facilitant l’accès aux consultations médicales sans déplacement.

 

VRP de la e-santé
Pour tenir le rythme, une « méthodologie agile » est privilégiée, explique Gwen Marqué (DST) « il s’agissait alors d’avoir une capacité de réaction proportionnelle à l’urgence de la situation, centrée sur les priorités : on avance vite et on améliore au fur et à mesure ce qui doit l’être, d’un point de vue technique comme de la gestion du déploiement ». Pour cela, les équipes de l’agence se muent en véritables VRP de la e-santé, dans un accompagnement étroit des établissements et représentants des professionnels de santé. « Chaque jour, nous échangeons avec eux sur les aspects de facturation, d’organisation ou pour faire des démonstrations de l’outil » détaille Ronan Rouquet.


Plus de 6 500 professionnels inscrits aux services Prédice
Et les résultats sont là : plus de 6 500 professionnels de santé sont inscrits à la solution Prédice et effectuent plusieurs milliers d’actes chaque semaine. Au regard des besoins amplifiés par la situation d’épidémie, d’autres professionnels ont rejoint les rangs de Prédice : plus d’un quart des sages-femmes libérales de la région l’utilisent pour le suivi de grossesse ou la préparation à l’accouchement, les pharmaciens d’officine peuvent y recourir pour conseiller les patients Covid-19 et les infirmiers peuvent assurer un télésoin des patients à domicile. Médecins du SDIS, de la médecine du travail ou professionnels de la protection maternelle et infantile (PMI) y ont également recours, dans une ouverture au cas par cas.

 

Un suivi à distance des patients Covid

Fin avril, l’agence lance une solution de télé-suivi à domicile des patients Covid, une première pour une plateforme régionale de e-santé. Le principe est que pour éviter les rassemblements dans les cabinets ou les établissements, le médecin peut enclencher un suivi à distance des patients symptomatiques. Ces derniers remplissent un questionnaire (température, fréquence respiratoire et cardiaque, douleurs, etc.) permettant à l’équipe de prise en charge d’évaluer à distance l’évolution de l’état de santé jour après jour. En cas de besoin, les patients au domicile peuvent être assistés d’un infirmier pour prendre ces constantes.
Ronan Rouquet est formel : « Ces avancées ont été permises par une belle mobilisation inter-directions. Les équipes de la DST qui pilotent le projet (NDLR : Emmanuel Guilbert, Benoît Normand, Gwen Marqué, Ronan Rouquet) peuvent compter sur l’appui permanent des collègues de la DOS et de la DOMS ».
Et les perspectives ? « L’épidémie de Covid-19 s’est traduite par une explosion du recours aux services de e-santé » constatent Gwen Marqué et Ronan Rouquet. « Notre objectif est de consolider cette offre de services pour lutter contre la Covid-19, de renforcer l’ergonomie des outils, notamment des portails d’accès. À plus long terme, il s’agira d’amplifier cette dynamique conjoncturelle au bénéfice des professionnels et des patients ».

 

 

Mémo(rable) - Prédice fait le plein d’initiatives

Si les services Prédice bénéficient à un large éventail de professionnels, ils permettent aussi de renforcer l’accès aux soins de publics variés. Le réseau sourds et santé Nord – Pas de Calais s’est ainsi emparé du service pour développer des téléconsultations en langue des signes. L’association « La Sauvegarde du Nord », pour sa part, a équipé un bus de la solution, pour proposer des consultations à des familles Roms de la métropole lilloise.

 

CHRONO

4 mars – L’agence lance le service de téléconsultation Prédice auprès des médecins généralistes de l’Oise.
9 mars – L’agence étend le service à l’ensemble des médecins libéraux et des établissements de la région.
Aujourd’hui – Prédice passe le cap des 80 000 Téléconsultations.
Fin avril – L’agence lance une solution de télésuivi des patients Covid-19 à domicile.

 

 

En savoir +

Prédice

 

Aussi sur PF2S

Covid-19 : Mortalité

Covid-19 : Morbidité

Covid-19 : dispositif de surveillance

Etude Coconel

logo covidnet

Rebaptisée le 30 mars 2020 COVIDnet.fr, la cohorte de surveillance de la grippe (GrippeNet.fr, 2012) a intégré des questions autour de l’épidémie du Covid-19. Fort de plus de 6 700 personnes, ce projet de surveillance et de recherche a pour objectif de recueillir directement auprès de la population des données épidémiologiques sur la grippe et le Covid-19 par internet et de manière anonyme. Sans donc passer par le filtre des médecins de ville ou hospitaliers, cela permet de s’adresser à des personnes n’ayant pas consulté de médecin.


Toutes les semaines, les participants rapportent les symptômes qu’ils ont éventuellement eus depuis leur dernière connexion.


Mis en œuvre par le Réseau Sentinelle®, COVIDnet.fr s’intéresse aux symptômes qui peuvent être révélateurs : fièvre, frissons, nez qui coule ou bouché, éternuements, maux de têtes, douleurs musculaires, articulaires ou thoraciques, fatigue ou épuisement.

 

Participer à COVIDnet.fr

 

En savoir +

Géodes (Santé publique France) 

ARS HdF : point de situation dans les Hauts-de-France

ARS HdF : un guide de gestion pour les Ehpad

 

Aussi sur PF2S

Covid-19 : dispositif de surveillance

Covid-19 : Morbidité

Covid-19 : Mortalité

Étude Coconel

Covid-19 : les sites de référence

logo ONPVLes députés ont voté, dans le cadre de la discussion du projet de loi de finances pour 2019, un amendement gouvernemental prévoyant de proroger de deux ans les contrats de ville en cours. Ce qui porterait à 2022 l'échéance des 435 contrats en cours, débutés en 2014. Avec cette prorogation, la révision des contrats de ville interviendrait à l'été 2019 et pourra prendre la forme d'un simple avenant.

 

https://www.banquedesterritoires.fr/les-contrats-de-villes-seront-proroges-jusquen-2022

 

 

Les contrats de ville en Hauts-de-France

Contrats de Ville (43) : CA Amiens MétropoleCA CreilloiseCA de Béthune Bruay Noeux et EnvironsCA de CambraiCA de la Porte du HainautCA de la Région de CompiègneCA de Lens - LiévinCA de Saint OmerCA de Saint QuentinCA d'hénin-CarvinCA du BeauvaisisCA du BoulonnaisCA du CalaisisCA du Douaisis [c.A.D.]CA du Pays de LaonCA du SoissonnaisCA Maubeuge Val de SambreCA Valenciennes MétropoleCC Artois LysCC Chauny TergnierCC Coeur d'Ostrevent [c.C.C.O.]CC de Flandre IntérieureCC de l'AbbevilloisCC de la Région de Château ThierryCC de la Terre des Deux CapsCC des Pays d'Oise et d'halatteCC des SablonsCC des Villes d'OyseCC du Caudrésis et du CatésisCC du ClermontoisCC du LiancourtoisCC du Pays d'AireCC du Pays de MormalCC du Pays des Trois RivièresCC du Pays de ValoisCC du Pays NoyonnaisCC du Sud AvesnoisCC Mer et Terres d'OpaleCC Pévèle-CarembaultCC Villers-Cotterêts - Forêt de RetzCU d'ArrasCU de DunkerqueMétropole Européenne de Lille

covid19Face à l’épidémie Covid-19, le dispositif de surveillance s’est adapté afin de suivre en temps réel son évolution, tant pour les données de mortalité que pour celles de morbidité.

 

Dès le 10 janvier 2020, un premier dispositif de surveillance de la Covid-19 fut mis en place par Santé publique France. Avec le passage au stade 3 de l’épidémie, le dispositif de surveillance de la Covid-19 a été profondément modifié. Ses objectifs sont à la fois de comprendre l’épidémie, de surveiller les souches du virus circulant dans le territoire et d’évaluer les mesures de contrôle mises en place pour lutter contre l’épidémie. La compréhension de l’épidémie passe par le suivi du développement du Covid-19 dans le temps et l’espace, le suivi de sa gravité par l’identification des populations à risque et l’estimation de son impact sur les populations et le système de soins.

 

Méthodo Covid 19

 

Un suivi de la morbidité multi-sources

Les infections respiratoires aigües et les consultations ou hospitalisations liées au Covid-19 sont particulièrement suivies, tant en médecine de ville et hospitalière que dans l’hébergement collectif pour personnes âgées (Ehpad). En médecine de ville, deux réseaux sont mobilisés. Parmi les soixante-trois associations SOS-Médecins, soixante-deux transmettent à Santé publique France 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 France les données relatives aux actes médicaux réalisés lors des visites à domicile ou dans les centres médicaux.

 

Le Réseau Sentinelle (Inserm-Sorbonne) formé de 1 314 médecins généralistes (2,1 % des généralistes libéraux en France métropolitaine) et de 116 pédiatres (4,3 %) évalue le nombre de cas possibles de Covid-19 diagnostiqués par consultation ou téléconsultation et le nombre de cas positifs Covid-19 dans l’échantillon prélevé. La surveillance clinique et virologique ainsi effectuée permet de suivre l’évolution hebdomadaire de prélèvements positifs, de caractériser génétiquement le virus, d’évaluer le nombre de nouvelles consultations pour Covid-19 en médecine de ville et estimer in fine la morbidité due à l’épidémie.

 


À l’hôpital, ce sont les dispositifs de surveillance sanitaire des urgences et des décès (SurSaUD®) et de l’organisation de la surveillance coordonnée des urgences (Oscour®) qui transmettent quotidiennement le nombre de passages aux urgences hospitalières pour suspicion de Covid. Ces données sont déclinées par classes d’âge, sexe et aux niveaux national, régional et départemental.

 


Le dénombrement des hospitalisations s’appuie quant à lui sur le Système d’information pour le suivi des victimes (SI-VIC) et les 194 services de réanimation sentinelles. Enfin, les données des Ehpad et établissements médico-sociaux remontent directement aux ARS.
Les tests, qu’ils soient effectués en laboratoires d’analyse de biologie de ville ou en laboratoires hospitaliers sont aussi comptabilisés tout comme le nombre de tests positifs parmi les prélèvements chez les médecins de ville pour insuffisance respiratoire aigüe. Ils contribuent à suivre l’évolution dans le temps et l’espace de la diffusion du virus.


Deux applications dédiées, l’une pour l’hôpital, l’autre pour les Ehpad en mars, permettent d’estimer quotidiennement le nombre décès pour les deux principaux lieux de leur survenue. Le profil des personnes décédées est analysé via les décès certifiés électroniquement du CépiDc (Inserm). Enfin, les données d'état civil (Insee) permettent de détecter l'existence d'un excès de mortalité par rapport aux années précédentes et d'en estimer l'ampleur. L'attribution de la surmortalité due au COVID-19 sera analysée par après.

 

En savoir +

Géodes (Santé publique France) 

ARS HdF : point de situation dans les Hauts-de-France

ARS HdF : un guide de gestion pour les Ehpad

 

Aussi sur PF2S

Covid-19 : Morbidité

Covid-19 : Mortalité

COVIDnet.fr

Étude Coconel

Covid-19 : les sites de référence

21-10-2020 | Social

Organisé en région Hauts-de-France par le Hub pour un numérique inclusif en Hauts de France, les Assembleurs...

Lire la suite

31-08-2020 | Santé

 Les accords de Ségur ont été signés le 13 juillet 2020 suite à l'épidémie de la Covid-19...

Lire la suite

26-08-2020 | Social

Face à crise économique liée à la pandémie de SARS-COV, le Mouvement associatif a dressé le bilan...

Lire la suite

30-07-2020 | Social

  En Hauts-de-France, le Mouvement associatif a mené l’enquête avec ses partenaires sur les impacts de la Covid-19...

Lire la suite

30-07-2020 | Social

Quelques jours avant le remaniement ministériel, Laurent Vachey, inspecteur général des finances, a été désigné par Olivier...

Lire la suite

Plateforme sanitaire et sociale | Dernières publications

Numéros 9 de Plateforme sanitaire et sociale Hauts-de-France de juillet 2020              Au sommaire de ce numéro                         RÉGION 2  ...

Lire la suite

Plateforme sanitaire et sociale | Dernières publications

Numéros 8 de Plateforme sanitaire et sociale Hauts-de-France de mai 2020              Au sommaire de ce numéro                         RÉGION 2  ...

Lire la suite

Plateforme sanitaire et sociale | Dernières publications

                            Numéro 7 de Plateforme sanitaire et sociale Hauts-de-France, décembre 2019     Au sommaire de ce numéro            ...

Lire la suite

Plateforme sanitaire et sociale | Dernières publications

                            Numéro 6 de Plateforme sanitaire et sociale Hauts-de-France, octobre 2019     Au sommaire de ce numéro            ...

Lire la suite

Plateforme sanitaire et sociale | Dernières publications

                            Numéro 5 de Plateforme sanitaire et sociale Hauts-de-France, juin 2019     Au sommaire de ce numéro            ...

Lire la suite

Abonnement

Pour recevoir les publications de la Plateforme sanitaire et sociale de Hauts-de-France, cliquez sur le bouton Abonnement

abonnementabonnement

 

Nous utilisons les cookies pour améliorer votre navigation sur notre site. En validant ce message vous acceptez l’utilisation des cookies.